Application d’une facette de porcelaine stratifiée sur une dent fortement décolorée : une étude de cas

October 4, 2010

SOMMAIRE

Le traitement esthétique d'une dent unique décolorée constitue un défi de taille pour le dentiste. Les propriétés de la céramique dentaire (stabilité de teinte, résistance mécanique, durée de vie clinique, esthétique et compatibilité avec les tissus parodontaux) en font un matériau de choix pour ce type de traitement. Nous présentons un cas décrivant la restauration d'une dent antérieure fortement décolorée au moyen d'une facette de porcelaine feldspathique. Le traitement s'est déroulé comme suit : préparation de la structure de la dent en se guidant sur des sillons d'orientation, réalisation d'une restauration provisoire en résine composite, prise d'une empreinte en silicone et scellement adhésif. L'utilisation conservatrice des facettes de porcelaine stratifiée permet d'obtenir des résultats esthétiques satisfaisants tout en préservant le maximun de sructure dentaire saine. La patiente a été très satisfaite du résultat et n'a exprimé aucune plainte durant les 2 années du suivi.

Introduction

Le traitement esthétique d'une dent antérieure décolorée comporte des défis en pratique clinique. Après le blanchiment dentaire, la stratification est le traitement le plus utilisé pour corriger une dent décolorée; ce traitement consiste à masquer ou à réduire la décoloration1,2 et peut reproduire les caractéristiques de la structure de la dent3. En raison de leurs caractéristiques biomimétiques, les facettes de porcelaine stratifiée peuvent imiter les propriétés des dents naturelles en termes de contrôle du transfert des déformations et des contraintes4. Nous décrivons dans cet article la restauration d'une dent antérieure fortement décolorée au moyen d'une porcelaine feldspathique stratifiée.

Étude de cas

Une femme de 25 ans était insatisfaite de l'aspect foncé de son incisive centrale supérieure (ill. 1a et 1b). Durant l'évaluation clinique, un léger avancement labial de la dent, au niveau du tiers distal de la couronne, a été observé (ill. 2). La décoloration marquée de la dent et sa position limitaient le recours à des traitements esthétiques par des techniques directes et conservatrices, comme le blanchiment et la restauration avec une facette en résine composite. On a donc opté pour une facette de porcelaine stratifiée pour corriger la position et la teinte de la dent.


Ill. 1a : Sourire de la patiente avant le traitement.


Ill. 1b : Gros plan de la dent 11 fortement décolorée.



Ill. 2 : La dent 11 présentait un avancement labial dans le tiers distal de la couronne.


Ill. 3 : Chambre pulpaire de la dent 11 après le retrait du matériau d'obturation ayant causé la décoloration.


Le traitement endodontique qui avait été réalisé a été jugé adéquat, mais le matériau d'obturation à l'intérieur de la chambre pulpaire avait causé une décoloration marquée de la dent. Le reste du matériau d'obturation a donc été retiré (ill. 3) et la chambre pulpaire a été restaurée avec une résine composite hybride (Venus, Heraeus Kulzer, Hanau, Allemagne).

Préparation de la dent

Une fraise diamantée ronde (no 1012, KG Sorensen, São Paulo, Brésil, ill. 4) a été utilisée pour déterminer la ligne de finition cervicale de la dent. Deux sillons d'orientation verticaux (ill. 5) ont été pratiqués sur la face labiale à l'aide d'une fraise diamantée conique à bout arrondi (no 2135, KG Sorensen, ill. 4) le long de l'axe longitudinal de la dent. La surface labiale a été réduite avec la même fraise diamantée en se guidant sur la profondeur des sillons. La portion distale de la face labiale a été réduite encore plus pour corriger la position de la dent et faciliter le mouvement labial de la surface faciale.


Ill. 4 : De gauche à droite : fraises nos 1012, 2135, 2200 et 2135F.


Ill. 5: Sillons d'orientation cervicaux et verticaux réalisés durant la préparation de la dent.


Il est essentiel et particulièrement important de bien préparer la zone proximale pour masquer l'interface entre la restauration et la dent. La dent adjacente a été protégée avec une matrice métallique, et une fraise diamantée mince (no 2200, KG Sorensen, ill. 4) a été utilisée pour préparer la face proximale et obtenir une zone de visibilité dynamique adéquate (ill. 6).

Le bord incisif a ensuite été réduit de 2 mm (ill. 7). La ligne de finition incisive consistait en un chanfrein palatin qui incluait de l'émail et du composite. Des fraises diamantées (nos 2135, 2135F; KG Sorensen, ill. 4) ont été utilisées pour finir les contours de la préparation et former un chanfrein gingival après l'insertion intra-créviculaire d'un fil rétracteur (no 00 Ultrapack, Ultradent Dental Products, South Jordan, UT, ill. 8) pour mieux définir la ligne de finition cervicale et ainsi aider le technicien de laboratoire à déterminer clairement les dimensions souhaitées de la facette.

Ill. 6: Réduction proximale visant à masquer l'interface entre la restauration et la dent. Ill. 7 : Réduction incisive. Ill. 8 : Finition de la préparation avec une fraise diamantée à grain fin.

Prise d'empreinte

La première empreinte de la dent préparée a été réalisée avec un silicone de consistance «mastic» (Exaflex Putty, GC America, Alsip, IL) au moyen d'un porte-empreinte de série, en présence d'un fil rétracteur pour assurer le maintien d'un espace sulculaire pour le matériau d'empreinte à faible viscosité. Pour faire de la place pour le matériau à faible viscosité (Examix NDS, GC America), le matériau d'empreinte «mastic» a été partiellement retiré en meulant l'espace interproximal et l'espace de la dent préparée dans l'empreinte. Après avoir retiré le fil rétracteur, un matériau à faible viscosité a été injecté sur la dent préparée et dans la première empreinte, laquelle a immédiatement été placée dans la bouche de la patiente. Il est essentiel d'obtenir une empreinte de l'arcade opposée et l'enregistrement de l'occlusion si le bord incisif de la facette est fonctionnel en guidance incisive.

Restauration provisoire

Après la prise de l'empreinte finale, une restauration provisoire en résine composite a été fabriquée pour protéger les tissus dentaires et restaurer la forme de la dent (ill. 9a et 9b).


Ill. 9a : Restauration provisoire en résine composite.


Ill. 9b : Aspect final de la restauration provisoire.


Ordonnance pour le laboratoire

Il est essentiel d'établir d'étroites communications avec le technicien du laboratoire dentaire. Des photographies prises avant et après la préparation peuvent aider à assurer la précision de la forme, de la teinte, de la texture et des autres caractéristiques.

Dans notre cas, la facette a été fabriquée en porcelaine feldspathique (EX-3, Noritake Co., Tokyo, Japon) à partir d'un modèle unitaire (die) réfractaire, conformément aux recommandations du fabricant.

Procédure de scellement avec résine

Après avoir vérifié avec soin les contacts proximaux, l'harmonisation des teintes, les contours et l'ajustement marginal, on a procédé au scellement. Un fil de rétraction gingivale a été utilisé pour prévenir la contamination par le fluide gingival. Après le nettoyage, la surface de la dent a été mordancée pendant 20 secondes avec de l'acide phosphorique à 37 %, puis a été rincée pendant 20 secondes. Un papier absorbant a été utilisé pour retirer l'excédent d'eau, puis le système adhésif a été appliqué sur la surface préparée (Scotchbond Multipurpose Plus, 3M ESPE, St Paul, MN).

Pendant ce temps, la facette de céramique a été mordancée pendant 2 minutes avec de l'acide fluorhydrique à 10 % (Dentsply, Petropolis, RJ, Brésil), puis a été lavée à l'eau et asséchée. Un silane (Dentsply, Petropolis) a été mélangé et appliqué sur la face interne de la facette et, une minute plus tard, un catalyseur (Scotchbond Multipurpose Plus, 3M ESPE) a été appliqué pour adjoindre une réaction chimique au processus de photopolymérisation. Enfin, un ciment à double polymérisation, de teinte A2 (RelyX ARC, 3M ESPE), a été appliqué sur la face interne de la facette, et la facette a été appliquée sur la dent préparée en exerçant une légère pression avec les doigts. L'excédent de ciment interproximal a été retiré avec une microbrosse et de la soie dentaire. La facette a été recouverte d'un gel de glycérine agissant comme barrière contre l'oxygène pour assurer une meilleure polymérisation de la résine, puis les 2 surfaces ont été photopolymérisées pendant 120 secondes. Après la finition et le polissage des contours, l'occlusion a été vérifiée et aucun ajustement n'a été jugé nécessaire (ill. 10 et 11).

Suivi

La patiente a fait l'objet d'un suivi clinique pendant 2 ans. Durant cette période, l'intégrité marginale de la restauration s'est maintenue et aucune inflammation du rebord gingival n'a été observée. L'esthétique du traitement de restauration est également demeuré acceptable (ill. 12).

Ill. 10 : Surface de la facette de porcelaine stratifiée, immédiatement après l'application du ciment adhésif. Ill. 11 : Vue postopératoire de la restauration de porcelaine stratifiée mise en place. Ill. 12 : Gros plan réalisé au moment de la visite de suivi après 2 ans.

Conclusion

Les facettes de porcelaine sont d'utiles compléments à l'arsenal thérapeutique du dentiste pour corriger des problèmes d'esthétique en réduisant au minimum la réduction des tissus dentaires. Leur utilisation exige cependant que le dentiste porte une grande attention aux détails tout au long de la procédure clinique.

LES AUTEURES

La Dre Freire est étudiante de troisième cycle à l'École de médecine dentaire, Université pontificale catholique du Parana, Curitiba, Parana, Brésil.

La Dre Archegas est étudiante de troisième cycle à l'École de médecine dentaire, Université pontificale catholique du Parana, Curitiba, Parana, Brésil.

Remerciements : Les auteures tiennent à remercier la Dre Evelise M. Souza et le Dr Sergio Vieira pour leur dévouement durant l'exécution de ce cas et la rédaction de cet article.

Écrire à la : Dre Andrea Freire, Programa de Pos-graduação em Odontologia, R. Imaculada Conceição, 1155, Curitiba – PR – Brésil 80215-901. Courriel : andreavfreire@yahoo.com.br

Les auteures n'ont aucun intérêt financier déclaré dans la ou les sociétés qui fabriquent les produits mentionnés dans cet article.

Cet article a été révisé par des pairs.

Références

  1. Aristidis GA, Dimitra B. Five-year clinical performance of porcelain laminate veneers. Quintessence Int. 2002;33(3):185-9.
  2. Fradeani M, Redemagni M, Corrado M. Porcelain laminate veneers: 6- to 12-year clinical evaluation — a retrospective study. Int J Periodontics Restorative Dent. 2005;25(1):9-17.
  3. Anusavice KJ. Degradability of dental ceramics. Adv Dent Res. 1992;6:82-9.
  4. Magne P, Douglas WH. Cumulative effects of successive restorative procedures on anterior crown flexure: intact versus veneered incisors. Quintessence Int. 2000;31(1):5-18.

Add new comment