Analyse des résultats cliniques de la polythérapie associant antimicrobiens systémiques et traitement parodontal non chirurgical pour traiter la parodontite agressive généralisée : une étude pilote

August 2, 2011

Sommaire

Objectif : Évaluer les avantages cliniques de l’administration du métronidazole avec amoxicilline ou de la doxycycline immédiatement après le détartrage et surfaçage radiculaire (DSR) de la bouche entière pour traiter la parodontite agressive généralisée.

Méthodologie : Cette étude a été menée de janvier 2009 à septembre 2009 auprès de sujets sélectionnés au hasard parmi des patients qui avaient été dirigés vers notre service de parodontologie et dont l’examen radiographique a révélé la présence d’au moins 20 dents, une perte d’attache clinique ainsi qu’une profondeur au sondage ≥ 6 mm à 2 endroits sur ≥ 12 dents. Les patients ont été répartis en 3 groupes soumis à l’un des traitements suivants : DSR seul; DSR avec métronidazole et amoxicilline; ou DSR avec doxycycline. La profondeur au sondage, le niveau d’attache clinique, l’indice gingival, l’indice de saignement gingival et l’indice de plaque ont été mesurés au départ, puis 2 mois après le traitement.

Résultats : Trente-huit patients atteints de parodontite agressive généralisée non traitée ont participé à l’étude. Deux mois après le traitement, les valeurs des indices parodontaux dans les 3 groupes avaient considérablement diminué par rapport aux valeurs mesurées au départ (< 0,5). Les gains réalisés au niveau de la profondeur au sondage et du niveau d’attache clinique ont été plus marqués dans les groupes ayant reçu des antibiotiques que dans le groupe traité uniquement par DSR, et davantage dans le groupe traité par métronidazole avec amoxicilline que dans celui ayant reçu la doxycycline (< 0,05). Aucune différence statistiquement significative entre les groupes n’a été observée dans les autres paramètres cliniques (> 0,05). L’administration systémique de métronidazole avec amoxicilline ou de doxycycline s’est révélée cliniquement supérieure au DSR pour réduire les profondeurs au sondage ≥ 7 mm (< 0,05).

Conclusion : Le traitement de la parodontite agressive généralisée par DSR seul ou par DSR associé à une antibiothérapie systémique a eu des avantages cliniques appréciables qui ont réduit la nécessite de recourir à la chirurgie parodontale, ces avantages étant plus marqués lorsque l’une ou l’autre des deux antibiothérapies a été associée au DSR.


Pour lire l'article complet (disponible en anglais seulement)

Add new comment